La maison de Victor Hugo

Maison Victor Hugo

Présentation générale

La Maison de Victor Hugo est située à Paris dans un hôtel particulier. Il est appelé hôtel de Rohan-Guémené ou hôtel Arnault du nom de celui qui le fit construire en 1605, Isaac Arnauld, alors conseiller du Roi et intendant des Finances. Victor Hugo y occupera ensuite un appartement avec sa femme et leurs quatre enfants de 1832 à 1848. En 1902, l’hôtel devient un musée suite à la dotation à la Ville de Paris de Paul Meurice, ami proche de Victor Hugo, d’un vaste fond d’archives documentaires constitutif de la future collection du musée. Des travaux récemment réalisés ont permis d’améliorer l’accessibilité des œuvres et des espaces.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. aménagements intérieurs : intégration d’un ascenseur, entrée (porche)
  2. démarche globale et implication du personnel : implication, formation, partenariats avec les associations locales
  3. guides facile à lire et guide de bonnes pratiques

Situation géographique :

Place Victor Hugo, Paris, France

Description des installations :

L’hôtel particulier est un bâtiment construit au 17ème siècle constitué d’un corps de logis central en façade sur la place des Vosges et de deux ailes latérales en retrait, ouvertes sur des cours d’honneur. Une partie du bâtiment est classé au titre des Monuments Historiques depuis 1954 : la façade donnant sur la place des Vosges, la galerie voutée sous arcades ainsi que la toiture du bâtiment faisant de l’angle de la place.

Pour aller plus loin :

Article rédigé par Clémentine Laurent-Polz.

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • bâtiment partiellement classé au titre des Monuments Historiques depuis 1954.
  • 2ème prix ex-aequo « Patrimoines pour Tous » 2016
  • Label tourisme et Handicap (moteur, auditif, mental)
  • 170 000 visiteurs/an

Problèmes d’accessibilité avant travaux

  • accessibilité des différents niveaux des bâtiments existants
  • accessibilité de l’entrée principale
  • sanitaires

Projet

Des obstacles physiques levés

Le projet d’accessibilité pour tous s’est réalisé en plusieurs temps : tout d’abord, il y a eu l’installation d’un ascenseur en 2001 donnant accès à tous les niveaux du musée (1er et 2ème étage) et la création de toilettes accessibles aux personnes à mobilité réduite.

Installation d’un ascenseur
Installation d’un ascenseur – Crédit photographique Maison Victor Hugo

Ensuite, le musée s’est penché sur une autre problématique d’accessibilité physique: l’entrée. La porte d’entrée du porche comporte en effet un obstacle à enjamber au niveau de la partie basse du cadre de la porte. Cet élément boisé crée un obstacle pour tous les visiteurs, qui soit franchissable (au prix d’un inconfort) ou non. La solution mise en place est relativement simple et totalement compatible avec l’enjeu de classement au titre de Monuments Historiques du porche. Il a en effet été décidé d’ouvrir l’ensemble menuisé dans sa globalité, en supprimant de ce fait l’obstacle créé par le cadre de la porte incluse dans l’ensemble menuisé. La contrainte qui en est ressortie est d’ordre humain puisqu’il a fallu améliorer les conditions de travail du personnel d’accueil situé dans le porche d’entrée, devenant ainsi exposés aux aléas climatiques. Un radian et un rideau d’air chaud ont ainsi été installés, et il a été choisi d’intensifier la rotation du personnel en hiver, lors des grands froids.

Porte d'accès de la Maison de Victor Hugo
Porte d’accès de la Maison de Victor Hugo

D’autres aménagements ont été pensés de manière à améliorer l’accueil des visiteurs à mobilité réduite : le comptoir d’accueil a été déplacé, des bancs ont été installés au rez-de-chaussée et au premier étage, les vitrines ont été abaissées de dix centimètres et deux places de stationnement ont été obtenues à proximité immédiate de l’entrée de la Maison de Victor Hugo.

Le salon rouge - Crédit photographique Estelle Jeanne Poulalion / Maison Victor Hugo
Le salon rouge – Crédit photographique Estelle Jeanne Poulalion et Maison Victor Hugo

 

Une démarche globale

La formation des agents

La mise en accessibilité du musée sur le plan auditif a nécessité trois années pour équiper l’espace des dispositifs auditifs nécessaires (boucle magnétique) et pour la formation des agents à la Langue des Signes Française. Un visioguide en LSF est également mis à disposition des visiteurs, ainsi que des visites avec conférencier LSF ou des visites labiales.

La formation approfondie en LSF (sur trois ans) a été dispensée à deux agents : la responsable du service pédagogique et une personne en charge de l’accueil et de la surveillance qui devient ainsi « référente à la LSF » du musée. Un deuxième référent a par la suite été formé également.

Concernant la question du handicap mental, le personnel a également été formé de manière à pouvoir accueillir au mieux ces publics. Deux « référents au handicap mental » ont également été nommés.

Une signalétique issue d’un travail avec les associations

Le travail de signalétique s’est fait en concertation avec les associations locales en lien avec le handicap mental et la déficience visuelle, avec pour ambition de permettre un déplacement pour chacun en toute autonomie dans le musée. Le choix s’est donc porté sur une police « bâton », comprenant des inter-lettres et ayant un fort contraste avec le fond (texte blanc sur fond noir). L’accueil des publics de langue étrangère a également été pensé, ainsi la signalétique a été rédigée en trois langues. Les différents agents ont ainsi été formés à la fois à une langue mais aussi aux attitudes et gestes à avoir en fonction de différentes nationalités de manière à ce que chaque visiteur se sente bien accueilli.

Signalétique
Signalétique – Crédit photographique Maison Victor Hugo

A destination des publics en situation de handicap mental, des séances de médiation ludiques ont également été mises en place, ainsi que la possibilité d’adapter l’audio guide. Une documentation « facile à lire » a également été conçue.

La réalisation de deux guides

Le musée a travaillé sur le constitution de deux guides autour des questions de handicap intitulés « Facile à lire » et « Guide des bonnes pratiques pour les agents des musées face à la question du handicap » réalisés en concertation avec les associations. Ce travail a nécessité un partenariat entre le musée et les associations ADAPEI, Les Papillons Blancs et le CRT IdF, et a permis de rédiger un ensemble de préconisations à destination des institutions culturelles et touristiques souhaitant s’engager dans une démarche d’accessibilité et notamment dans la rédaction d’un guide « Facile à lire ».

La préservation des œuvres fragiles et confort lumineux

Les enjeux inhérents à la préservation préventive des œuvres fragiles (manuscrits, dessins,…) recommande de ne pas dépasser 50 lux. Des travaux ont ainsi été réalisés dans les salles où sont exposées les œuvres non fragiles ainsi que dans les circulations.

Par ailleurs, pour les publics malvoyants, des documents d’explication pour les différentes collections en gros caractères ont été réalisés, ainsi que des documents thermo-gonflés. Pour les publics aveugles, un plan en relief et en braille est mis à disposition, il concerne les espaces dédiés aux collections permanentes et temporaires. Des documents en braille sont également disponibles pour les différentes expositions.

Guides déficients visuels
Guides – Crédit photographique Maison Victor Hugo

Une référente au handicap visuel est par ailleurs formée pour accompagner toute personne souhaitant bénéficier d’une visite tactile du mobilier, des panneaux et des sculptures (le buste de Victor Hugo de Rodin notamment).

Buste de Victor Hugo par Rodin
Buste de Victor Hugo par Rodin – Crédit photographique Maison Victor Hugo
Panneau tactile
Panneau tactile – Crédit photographique Maison Victor Hugo

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitrise d’ouvrage : musée de la Ville de Parisgéré depuis le 1er janvier 2013 par l’établissement public administratif Paris Musées
  • Maitrise d’œuvre : section locale d’architecture dépendant de la direction de l’architecture de la Ville de Paris
  • Associations locales

Processus de projet

Le projet de mise en accessibilité de la Maison de Victor Hugo a fait l’objet d’une réflexion partagée entre tous les collaborateurs du musée. En effet, depuis 2005, le musée a mis en place un projet d’établissement intitulé « Accessibilité pour tous » se donnant comme objectif d’améliorer l’accueil et l’accessibilité de tous les publics.

L’idée étant de construire un projet d’accessibilité fédérateur, intégrant des objectifs communs et bien définis. Ce projet d’établissement s’est appuyé sur la méthodologie du label Tourisme et Handicap, mettant au cœur de la réflexion menée la question de l’accueil de tous les publics et du handicap.

La méthodologie mise en place s’articule autour de sept phases consécutives : la phase préparatoire, le diagnostic, la rédaction du projet, l’élaboration et le développement du projet, la validation et enfin une phase de régulation et de bilan. La phase de diagnostic a permis de faire émerger les orientations principales sur lesquelles s’est construit le plan d’action. Le plan d’action donnant à chaque collaborateur et acteur du projet la visibilité sur les actions concrètes à mener pour atteindre les objectifs fixés en terme d’accessibilité.

Photographies et plans