Musée d’arts de Nantes

Le Musée d’arts de Nantes. Crédit photographique : Hufton+Crow
Le Musée d’arts de Nantes. Crédit photographique : Hufton+Crow

Présentation générale

Le Musée d’arts de Nantes est construit en 1893 par l’architecte nantais Clément-Marie Josso. Inspiré des musées des Beaux-Arts de Lille et d’Amiens, le bâtiment comprend plusieurs éléments inscrits aux Monuments Historiques, tels que les façades, la verrière et l’escalier d’honneur. Suite à 6 ans de travaux menés par l’agence d’architecture Stanton Williams, il a rouvert ses portes au public en juin 2017.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. les abords et la création d’un ascenseur pour l’accessibilité de l’entrée
  2. les aménagements intérieurs et l’accessibilité aux différents niveaux et bâtiments
  3. les outils numériques d’accompagnement à la visite

Situation géographique :

  • Nantes, Loire-Atlantique, France

Description des installations :

La grande campagne de travaux s’est articulée autour de plusieurs projets, l’objectif étant d’augmenter la surface de visite (par une extension) et de connecter les différents espaces existants que sont le Musée des beaux-arts de Nantes et la Chapelle de l’Oratoire. Ce projet d’ampleur est aussi l’occasion de repenser les espaces extérieurs ainsi que le traitement des espaces publics aux abords immédiats du Musée.

Maquette du projet et identification des trois lieux structurants : la Chapelle de l’Oratoire, L’extension « le Cube », et Le Musée des beaux-arts existant « le Palais ». Crédit photographique : Jack Hobhouse
Maquette du projet et identification des trois lieux structurants : la Chapelle de l’Oratoire, L’extension « le Cube », et Le Musée des beaux-arts existant « le Palais ». Crédit photographique : Jack Hobhouse

Page d’information sur le projet :

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • bâtiment inscrit au titre des monuments historiques depuis 1975
  • le projet a reçu des nombreux prix :
    • 2018 D&AD Award – Wayfinding & Environmental Graphics
    • 2018 RIBA Award for International Excellence
    • 2018 Lighting Design Awards – Daylight Project of the Year
    • 2017 American Architecture Prize – Architectural Design / Restoration & Renovation
    • 2017 American Architecture Prize – Interior Design / Exhibition
    • 2017 Blueprint Award – Best Public-Use Project with Public Funding
    • 2017 Apollo Award – Museum Opening of the Year
  • 112 000 visiteurs/an (chiffre de 2008)
  • 6ème musée de France en terme de collection avec environ 100 000 œuvres, des « Primitifs italiens » à l’art contemporain

Problèmes d’accessibilité

  • l’emmarchement monumental de l’entrée
  • l’accessibilité des différents niveaux des bâtiments existants
  • les outils d’aide à la visite pour tous les publics à développer

Stratégie d’intervention

Pour ce projet complexe, comprenant la transformation de l’intérieur du musée, la création d’une extension ainsi que le retraitement des espaces extérieurs et des abords, une seule agence d’architecture (Stanton Williams) a été missionnée. Cela a permis de proposer un projet d’ensemble cohérent visant a rouvrir le musée sur la ville en traitant à la fois de l’accessibilité physique du musée (création d’un ascenseur à l’entrée), mais aussi la qualité d’accueil des espaces publics attenants et des espaces intérieurs.

Les façades de l’extension sont traitées en marbre stratifié translucide. Ce choix de matériaux renforce la volonté d’intégrer le volume monolithique dans l’environnement urbain. L’opalescence des façades contribue à alléger l’effet de masse du bloque bâti, tout en faisant écho à l’albâtre et au marbre utilisé autrefois pour filtrer la lumière dans les églises médiévales.

La façade opalescente du bâtiment en extension. Crédit photographique : Hufton+Crow
La façade opalescente du bâtiment en extension. Crédit photographique : Hufton+Crow
Façade de l’extension et gestion du gabarit en lien avec le contexte bâti immédiat. Crédit photographique : Hufton+Crow
Façade de l’extension et gestion du gabarit en lien avec le contexte bâti immédiat. Crédit photographique : Hufton+Crow

L’escalier central monumental intérieur du musée existant est également conservé et mis en valeur au cœur du projet.

L’escalier monumental. Crédit photographique : Hufton+Crow
L’escalier monumental. Crédit photographique : Hufton+Crow

Projet

L’entrée et les abords repensés pour un musée ouvert sur la ville

Les abords immédiats du Palais et son accès par la rue Clémenceau ont été repensés en cohérence avec le projet global du musée. Au droit de l’escalier monumental d’entrée, le traitement du sol a été modifié de manière effacer les effets de seuils et de ruptures entre l’espace piéton et l’espace de circulation automobile.

Façade principale sur le parvis de la rue Clémenceau. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz
Façade principale sur le parvis de la rue Clémenceau. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Un ascenseur extérieur a été créé afin de rendre l’entrée du musée accessible tout en conservant l’emmarchement. L’accès à l’ascenseur se fait depuis le parvis du musée. Son intégration a été soignée de manière à limiter l’impact visuel sur la façade monumentale : le soubassement en pierre se confond avec l’emmarchement minéral, tandis que la partie supérieure est traitée en verre pour s’effacer et donner à voir la façade dans son ensemble.

L’intégration de l’ascenseur extérieur sur le parvis du musée. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz
L’intégration de l’ascenseur extérieur sur le parvis du musée. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Le parcours de visite

Le bâtiment construit en extension appelé le « Cube » fait le lien entre les deux sites d’expositions préexistants aux travaux : le Musée et la Chapelle de l’Oratoire. Ce bâtiment qui joue le rôle d’articulation entre ces deux édifices, est également un important lieu d’exposition. Il intègre deux ascenseurs qui permettent de desservir tous les niveaux des différents bâtiments mais également une grande façade passerelle offrant un lien symbolique entre les espaces.

Plan du niveau 1. Crédit : Stanton Williams
Plan du niveau 1. Crédit : Stanton Williams

Un ascenseur est également intégré au sein du musée existant dans une cage en verre dépoli de manière à limiter l’impact visuel sur ce lieu patrimonial tout en dissimulant les mécanismes de l’ascenseur.

Intégration de l’ascenseur dans le bâtiment existant. Crédit photographique de la photo 1 : Stefano Graziani. Crédit photographique de la photo 2 : Clémentine Laurent-Polz.
Intégration de l’ascenseur dans le bâtiment existant. Crédit photographique de la photo 1 : Stefano Graziani. Crédit photographique de la photo 2 : Clémentine Laurent-Polz.

L’extension vient également structurer et donner accès à un jardin intérieur créé au cœur du musée en lien avec le passage Jules Dupré. Ce passage traversant l’ilot est conservé et revêt la fonction de desserte technique. La vue sur le jardin sculptural vient ponctuer le parcours muséal et offrir une résonnance au patio de musée existant.

Coupe sur les trois séquences du musée : la Chapelle, le jardin intérieur et le Cube en arrière plan, et le Palais. Crédit : Stanton Williams.
Coupe sur les trois séquences du musée : la Chapelle, le jardin intérieur et le Cube en arrière plan, et le Palais. Crédit : Stanton Williams.

Afin d’assurer la fluidité du parcours muséal, une rampe ont dû également être imaginée pour relier le niveau 1 du Palais et du Cube.

Rampe et assises latérales entre le niveau 1 du Palais et du Cube. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz
Rampe et assises latérales entre le niveau 1 du Palais et du Cube. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Par ailleurs, des nombreuses assises jalonnent le parcours et permettent aux visiteurs, pour qui la station debout peut être pénible, de se reposer.

Circulation intérieure et assises. Crédit photographique : Hufton+Crow
Circulation intérieure et assises. Crédit photographique : Hufton+Crow

Des outils d’accompagnement à la visite pour tous

Le projet du Musée d’arts de Nantes a été l’occasion de créer des outils de médiation numérique ouvert à un large public. Pour cela, trois dispositifs complémentaires ont été développés et mis en place :

  • une borne d’information et d’orientation,
  • le dispositif « œuvre à la loupe » qui prend la forme d’une table tactile,
  • l’application numérique d’aide à la visite « Ma visite ».

Ce dernier outil se veut commun à tous les visiteurs pour ne pas séparer les publics. L’application donne accès à plusieurs parcours :

  • un parcours tous publics
  • un parcours jeune public
  • un parcours en Langue des Signes Françaises
  • un parcours avec audio-description
  • un parcours FALC

Le cartel des œuvres a été repensé de manière à renvoyer vers l’application et les dispositifs d’accessibilité mis en œuvre.

Cartel et accessibilité. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.
Cartel et accessibilité. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.
L’application mobile et les parcours accessibles. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.
L’application mobile et les parcours accessibles. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.

Le parcours pour tout public intègre l’ensemble des collections et propose pour chaque œuvre l’accès au cartel et à la localisation de l’œuvre dans le musée. Quarante œuvres sont également accompagnées d’une biographie de l’artiste.

Le parcours en Langue des Signes Françaises comprend seize œuvres des quatre grandes collections du musée, à savoir : l’art ancien, le 19ème siècle, l’art moderne et l’art contemporain. L’application, au même titre que le dispositif « l’œuvre à la loupe » offre également l’accès à des vidéos sous-titrées.

En complément, les banques d’accueil, les ateliers et l’auditorium sont équipés de boucles magnétiques. De même, des visites en LSF peuvent être proposées sur réservation.

Le parcours en audio-description présente également seize œuvres. L’application intègre aussi différentes fonctionnalités:

  • l’agrandissement des images
  • des images fortement contrastées
  • un système de notification (sonore et vibratoire) à l’approche d’œuvres dont le contenu est en audio-description
Interface de l’application mobile. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.
Interface de l’application mobile. Crédit photographique : Musée d’arts de Nantes.

Enfin, un parcours Facile à Lire, Facile à Comprendre (FALC) a été également mis en place. Il intègre des descriptions d’œuvre accessibles aux publics en situation de handicap mental ou psychique, ainsi que des biographies d’artistes.

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitrise d’ouvrage :
    • Ville de Nantes et Nantes Métropole
    • Aides obtenues pour le financement de différentes collectivités territoriales et de l’Etat (FEDER, Etat, Région, Département).
  • Maîtrise d’œuvre : Stanton Williams architectes
  • Cout des travaux : 48,8 millions d’euros
  • Surface du projet : 17 000 m2

Processus de projet

Le processus de projet pour la mise en place des outils d’aide à la visite a intégré un temps de dialogue avec les usagers. Ils ont été élaborés en faisant appel à différents spécialistes de l’accessibilité et ont ensuite été présentés au CNAU (Conseil Nantais pour l’Accessibilité Universelle) avant d’être mis en service. Cela a permis d’apporter des améliorations au dispositif et à son ergonomie, plus particulièrement pour les publics malvoyants. Une consultation des personnes en situation de handicap en amont de la production des contenus aurait permis une prise en compte des besoins plus ajustée et plus précise.

Photographies et plans