Pavillon central du Familistère de Guise

Présentation générale

Le Familistère de Guise est un ensemble bâti construit à la fin du 19ème siècle sous l’impulsion de l’industriel Jean-Baptiste Godin. Il est destiné à loger les ouvriers et leurs familles à proximité du site industriel. Le terme de familistère revoie par son étymologie à un « lieu des familles ». Il s’inspire du modèle architectural et social du phalanstère de Charles Fourier.

Les différents bâtiments de l’ensemble bâti qui compose le familistère ont été construits entre 1858 et 1883. Depuis 2010, le site du familistère accueille un musée.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. L’ascenseur comme outil scénographique
  2. L’évolution typologique : du logement au musée

Situation géographique :

  • Guise (Aisne)

Description des installations :

Le familistère compte plusieurs bâtiments :

  • le Palais social : composé d’un pavillon central encadré par deux ailes, destiné à l’habitation
  • le Pavillon Cambrai : il est situé en face de l’aile droite du Palais social, destiné à l’habitation également. C’est le dernier bâtiment construit (en 1883)
  • le bâtiment des économats, situé en face de l’aile gauche du Palais social
  • le bâtiment des écoles et du théâtre, situé en face du pavillon central du Palais social
  • la buanderie, bains et piscine, située à proximité de l’usine

Plan du site

Plan général du site – Crédit : Agence Frenak+Jullien

Pour aller plus loin :

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • Le familistère classé au titre des Monuments Historiques depuis le 4 juillet 1991 et son ancien jardin, depuis 1991
  • Projet lauréat du prix Silletto 2015, European museum of the Year 2015

Problèmes d’accessibilité des bâtiments avant travaux

  • accessibilité des différents niveaux des bâtiments existants
  • nécessité d’intégrer des espaces d’accueil du public

Stratégie de projet au regard des enjeux patrimoniaux du site

Le choix du projet est de conserver le rôle des quatre escaliers d’angle existants pour garantir la bonne desserte des différents espaces :

  • au sud, l’accès des habitants,
  • au nord, la circulation des visiteurs

Il est choisi de réserver les escaliers encloisonnés à l’évacuation du public en cas d’incendie sans perturber la lecture du lieu et notamment la volumétrie architecturale de l’espace de la cour.

Le projet propose d’articuler la circulation du public autour de l’ascenseur traité comme un outil scénographique à part entière.

Plan schématique de la stratégie de desserte du site – Crédit : Agence Frenak+Jullien

Plan schématique de la stratégie de desserte du site – Crédit : Agence Frenak+Jullien

Projet

L’ascenseur comme outil scénographique

Le projet prévoit, dés la première phase des travaux de création du musée, l’intégration d’un ascenseur desservant les différents niveaux du Pavillon central. L’ascenseur est accessible par l’entrée principale. Seul le sous-sol ne peut être desservis par l’ascenseur en raison d’inondations fréquentes, en revanche, il est visible depuis le rez-de-chaussée.

Coupe schématique de la desserte verticale du musée accès en rez-de-chaussée de l’ascenseur. Crédit photographique : Agence Frenak+Jullien

Coupe schématique de la desserte verticale du musée et accès en rez-de-chaussée de l’ascenseur. Crédit photographique : Agence Frenak+Jullien

L’ascenseur est ici traité comme un élément architectural repère autour duquel s’articule les différents espaces et circulations horizontales. Le partis-pris du projet est de travailler l’ascenseur comme un élément scénographique contrasté vis-à-vis du cadre bâti environnant. Ce parti-pris s’exprime par le choix des matériaux : l’ascenseur est traité en métal et en verre, et dialogue ainsi avec les murs existants en brique.

Traitement de la circulation verticale Traitement de la circulation verticale

Traitement de la circulation verticale – Crédit photographique : Agence Frenak+Jullien

L’évolution typologique : du logement au musée

Le projet propose une stratégie d’intervention visant à faire évoluer la typologie du logement destiné aux ouvriers du site vers la création d’espace d’exposition. Il s’agit en effet d’explorer la capacité d’évolution des cellules de logement (voulue par Godin) vers un espace abritant une fonction tout autre, comme celle d’un musée. Le projet propose de s’appuyer sur les structures porteuses existantes tout en garantissant l’ouverture de l’espace pour une circulation fluide et accessible à tous.

Le principe d’intervention est décliné sur toutes les surfaces investies par l’espace d’exposition au fur et à mesure de l’évolution du projet et de la mutation progressive des espaces du familistère.

La mutation de la cellule du logement vers un espace d’exposition, plan schématique

La mutation de la cellule du logement vers un espace d’exposition, plan schématique. Crédit : Agence Frenak+Jullien

Le projet intègre également les espaces d’accueil du public :

  • des sanitaires séparés par sexe, situés au rez-de-chaussée à l’accueil, à proximité des salles de réunions et dans les bureaux,
  • des caisses aménagées, accessibles à tous.

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitre d’ouvrage :

– Syndicat mixte du Familistère

  • Maître d’œuvre :

– Agence d’architecture Frenak+Jullien

Processus de projet

Le projet de rénovation s’est déroulé en deux temps, avec une première phase livrée en mars 2010 et une seconde phase livrée en mai 2014. La première phase avait vocation à occuper le pourtour de la cour, tout en gérant les vis-à-vis avec les habitations.Axonométrie schématique du Pavillon central, phase 1

Axonométrie schématique du Pavillon central, phase 1 – Crédit : Agence Frenak+Jullien

La seconde tranche a permis de concentrer les aménagements nouveaux dans l’aile Nord et de traiter la mise en valeur de la cour. Enfin, la troisième phase prévoit d’investir la totalité du Pavillon central.

Photographies et plans