La robotique au service de l’autisme

Le projet Rob’autisme

Rob’autisme est un programme d’accompagnement proposant des outils d’amélioration des compétences sociales de jeunes autistes par le biais d’une expérience culturelle et créative. Cette expérimentation offre la possibilité à des adolescents de développer un travail d’expression artistique via les petits robots humanoïdes Nao.

De novembre 2014 à juin 2017, le projet s’est construit autour d’un partenariat entre plusieurs parties prenantes issues de domaines de compétences complémentaires:

  • l’association Robots ! pour la robotique et la programmation,
  • l’école Centrale de Nantes, pour ses compétences en ingénierie au service de la santé,
  • le CHU de Nantes pour la psychothérapie,
  • Stereolux, espace de création et de diffusion destiné aux musiques actuelles et aux arts numériques, pour l’ancrage culturel.

A l’origine, le Centre psychothérapique pour grands enfants et adolescents du CHU de Nantes proposait des ateliers sonores avec un orthophoniste. Le projet s’est ensuite développé en partenariat avec Stereolux et a intégré la présence d’une artiste sonore. Enfin, depuis 2014, l’association Robots! et l’Ecole Centrale de Nantes ont rejoint le projet et ont permis d’articuler les ateliers de médiation autour de l’intégration du robot Nao.

L’expérimentation est bâtie autour de 20 séances de travail et d’une séance de représentation devant un public restreint. Les séances de travail, bimensuelles, sont co-animées par Sophie Sakka, chercheuse en robotique à l’Ecole Centrale de Nantes et responsable de l’association Robots!, et par l’équipe du CHU. Elles sont décomposées en séances de préparation (enregistrement de la voix, création du décors,…) et en séances de robotique au cours desquelles les enfants apprennent à programmer les robots pour les faire parler et leur faire faire des mouvements. Les adolescents créent ensuite un spectacle en s’appuyant sur une oeuvre existante, les connaissances acquises leur permettent alors de mettre en scène le petit robot Nao lors d’une séance de présentation du spectacle. C’est eux qui enregistrent alors la voix et programment les mouvements réalisés par les robots.

Dans une interview donnée à Télénantes Sophie Sakka explique les apports en terme d’interaction sociale pour les enfants et adolescents autistes lors de ces ateliers :

« Quand ils font parler le robot, ils lui font dire ce qu’ils veulent, il n’y a aucune limite, personne ne va les réprimander, ils ne subissent pas le regard des autres sur eux, (…) ça leur fait un espèce d’écran, une protection, et ils peuvent demander au robot d’exprimer ce qu’eux-mêmes ressentent. »

« D’heures en heures, leur capacité à communiquer a complètement été modifiée jusqu’au moment où il y a eu un contact physique avec les gens qui les entouraient, une acceptation de l’autre, qui s’est avérée être consolidée au fil de l’année. »

Plus d’informations sur le projet :