Musée Crozatier

Vue d'ensemble du Musée. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Vue d’ensemble du Musée. Crédit photographique : Beaudouin-Husson

Présentation générale

Le musée Crozatier, bâtiment du 19ème siècle situé au centre de la ville basse du Puy-en-Velay, ré-ouvre ses portes en juillet 2018 après 7 ans de travaux d’envergure. Cette métamorphose a permis de repenser totalement le parcours de visite en autonomie pour tous les visiteurs, ainsi qu’un panel d’outils de médiation adaptés.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. extension, aménagement intérieur et circulations verticales
  2. parcours muséal en autonomie
  3. outils de médiation

Situation géographique :

  • Le Puy-en-Velay, Auvergne Rhône Alpes, France

Description des installations :

Le projet de refonte du Musée Crozatier s’appuie sur la restructuration du bâtiment existant datant du 19ème siècle, construit par l’architecte Antoine Martin, et la création d’un nouveau bâtiment, apposé au premier, par l’atelier Beaudouin-Husson architectes. Les deux volumes sont reliés par l’escalier monumental existant central.

Le musée est situé au coeur de la ville basse, à l’extrémité sud du jardin Henry Vinay.

Pour aller plus loin :

Auteur de l’article : Clémentine Laurent-Polz

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • 2ème prix ex-aequo « Patrimoines pour Tous » 2018.
  • label Tourisme et Handicap sur les 4 familles de handicap

Problèmes d’accessibilité avant travaux

  • accessibilité des différents niveaux des bâtiments existants et de l’entrée
  • un parcours muséal à simplifier
  • des outils de médiation pour tous les publics à développer

Stratégie d’intervention

L’extension vient ainsi envelopper et offrir une cohérence nouvelle au bâtiment existant tout en proposant un contraste dans la matérialité, le verre du nouveau dialogue ainsi avec la pierre de l’ancien.

Le dialogue des deux bâtiments dans des matériaux différents. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Le dialogue des deux bâtiments dans des matériaux différents. Crédit photographique : Beaudouin-Husson

La matérialité de ce volume de verre permet de faire entrer largement la lumière naturelle dans les circulations du musée et d’offrir des percées visuelles en différents points du musée, au niveau du sas d’entrée notamment. Le verre texturé de la façade sud permet de limiter les surchauffes en été tout en offrant une lumière douce et tamisée propice aux usages du musée. La salle du dernier niveau est quant à elle éclairée par une lumière zénithale tamisée par un plafond suspendu en lames de bois. Le traitement de l’extension permet ainsi d’offrir un meilleur confort visuel et de faciliter la capacité à se repérer dans l’espace à travers les nombreuses vues dégagées.

Projet

L’extension comme support de circulations nouvelles

Le bâtiment neuf, accolé au bâtiment conservé et restauré, intègre toutes les fonctions techniques visant à fluidifier l’accessibilité physique du bâtiment patrimonial, et notamment les ascenseurs permettant d’accéder à tous les niveaux. Les deux édifices s’articulent autour de l’escalier monumental existant situé au coeur du projet et autour duquel le parcours muséographique réinventé pivote.

Plan de rez-de-chaussée du Musée. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Plan de rez-de-chaussée du Musée. Crédit photographique : Beaudouin-Husson

L’entrée est repensée et intégrée à ce nouveau bâtiment dans l’axe de l’entrée existante, de l’escalier monumental et du jardin Henry Vinay. Le niveau intérieur du bâtiment existant étant rehaussé par rapport au niveau du jardin – son accès se faisant par le biais d’un escalier monumental extérieur – la nouvelle entrée située côté rue se doit d’intégrer une rampe permettant d’accéder à ce demi-niveau surélevé.

Façade sur rue et intégration de la rampe d'accès. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Façade sur rue et intégration de la rampe d’accès. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Plan masse du projet. Crédit photographique : Beaudouin-Husson
Plan masse du projet. Crédit photographique : Beaudouin-Husson

L’ensemble des espaces de service aux publics sont également pensés pour être accessible à tous les publics : la banque d’accueil (partie boutique et partie billetterie), les sanitaires, et des sièges pliants sont également disponibles.

Une signalétique adaptée à la déficience visuelle est également intégrée à l’ensemble des espaces du musée.

Repenser le parcours de visite pour plus d’autonomie

A l’occasion de cette grande rénovation qui s’est étalée sur plus de 7 ans de travaux, le parcours muséal a fait l’objet d’un complète refonte. Il a en effet été réfléchit de manière à le simplifier et à offrir un maximum d’autonomie à tous les publics.

Le parcours a donc été repensé autour de quatre galeries:

  • la galerie historique
  • la galerie des beaux-arts
  • la galerie des sciences
  • la galerie du Velay

L’autonomie étant le coeur de ce nouveau projet muséal, ce parcours simplifié s’est accompagné de la création de nombreux outils de médiation destinés à tous les publics, quelque soit leur situation de handicap.

L’équipe de médiation propose un temps de parcours repensé et adapté à chaque public:

  • pour les publics à mobilité réduite, l’équipe propose un temps de visite plus long et permettant une déambulation au rythme de chacun.
  • pour les publics aveugles et malvoyants, des visites tactiles ont été créées, intégrant des outils tactiles et un livret en grands caractères. Ce livret comporte les textes des salles et un plan comprenant des visuels contrastés et en relief.
  • pour les publics sourds et malentendants, des visites en LSF et les vidéos de présentation des expositions sont sous-titrées.
  • pour les publics en situation de déficience mentale, des cartels « facile à lire facile à comprendre » sont disséminés dans le parcours, ce point reste à développer en lien avec les institutions locales.

Un outil de médiation numérique : les tableaux parlants

Le dispositif des tableaux parlants développé par le musée a pour objectif de réunir voyants et malvoyants autour d’un même outil de médiation. Ce projet intitulé « toucher pour voir » a été mis au point en collaboration avec le Lab du Pensio, laboratoire de fabrication numérique de l’IUT Université Clermont Auvergne, et Océ PLT Canon. Il propose des reproductions de tableau en relief dont le contenu est retranscrit par le toucher et le son. Ce travail a permis de reproduire le plus fidèlement possible les matières et des couleurs des tableaux sélectionnés grâce à une impression 3D en résine.

Le dispositif permet d’actionner le son et de « faire » parler les personnages principaux de l’oeuvre en touchant simplement des cellules tactiles sensibles intégrées au dispositif. Le principe a pour l’instant été développé sur deux tableaux. Un casque est disponible pour permettre une écoute individuelle en autonomie. Le texte énoncé a été enregistré par les élèves de la classe de théâtre des ateliers des arts du Puy-en-Velay. Chaque tableau est implanté à proximité immédiate de l’oeuvre originale, dans la galerie des beaux-arts.

Tableau parlant. Crédit photographique : Musée Crozatier
Tableau parlant. Crédit photographique : Musée Crozatier

Sur le même principe, une table tactile extérieure a été mise en place devant l’ancienne entrée principale du bâtiment historique, dans le jardin Henri Vinay. Elle représente en relief la façade du bâtiment, ainsi qu’un portrait de Charles Crozatier, qui avait légué en 1855 une grande somme d’argent au musée pour son agrandissement.

Table tactile. Crédit photographique : Musée Crozatier
Table tactile. Crédit photographique : Musée Crozatier

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitre d’ouvrage : Ville du Puy-en-Velay
  • Maître d’œuvre :
    • Beaudouin-Husson architectes: http://www.beaudouin-architectes.fr/
  • Cout : 7 996 500 €HT
  • Surface : 6176 m2

Processus de projet

Le parcours muséographique a été repensé avec l’accompagnement de l’agence spécialisée dans les domaines de l’accessibilité et de la médiation, Ame en science. Le musée a travaillé en étroite collaboration avec la commission d’accessibilité de la communauté d’agglomération du Puy-en-Velay qui a été invitée à tester les dispositifs mis en place.

Un médiateur référent au musée a suivi deux formations d’accessibilité intégrant les quatre familles d’handicap. Il en est de même pour le personnel d’accueil qui a suivi une formation pour l’accueil des personnes en situation de handicap.

Pendant la durée des travaux, le musée a également engagé des actions de médiation hors-les-murs, avec des partenaires locaux, tels que les centres hospitaliers Emile Roux et Sainte-Marie, et certains EHPAD locaux. Certains partenariats, notamment avec l’hôpital Sainte-Marie (dédié au public à déficience mentale) et l’association « l’Abbé de l’épée » (dédiée au public sourds et malentendant) ont donné lieu à des conventions en vue d’accompagner les actions de médiation du musée dans la durée.

Enfin, un dispositif d’outil numérique intitulé « les tableau parlants » a pu être développé grâce à un partenariat avec le laboratoire de fabrication numérique de l’IUT Université Clermont Auvergne.

Photographies et plans