Musée du 11 Conti – Monnaie de Paris

Façade du Musée du 11 Conti

Présentation générale

Le projet de réhabilitation et de transformation portait plus globalement sur des travaux de rénovation du site dans son intégralité : rendre accessibles les cours intérieures du bâtiment aux visiteurs, implanter un café à destination des habitants du quartier et des visiteurs du site, réimplanter la boutique dans un nouvel espace, moderniser les ateliers de gravure, rénover et repenser le parcours de visite du musée pour proposer un musée plus accessible afin de faire connaitre à la fois les collections de l’institution et les savoir-faire des femmes et des hommes qui travaillent à la Monnaie de Paris.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. parcours muséal
  2. mobilier muséographique
  3. médiation et multimédia

Situation géographique :

  • Paris, Ile-de-France, France

Description des installations :

L’édifice de style néo-classique est dès l’origine une sorte de « palais manufacture » dédié à la fabrication de la monnaie. Construit par l’architecte Jacques-Denis Antoine au 18ème siècle, il est situé au 11 quai de Conti, au cœur de la capitale. Il est conçu à la fois comme un palais, pensé pour l’emplacement prestigieux qu’il occupe, mais également comme une manufacture de monnaie, avec une organisation intérieure rationnelle et intégrant les enjeux de productivité.

Le bâtiment conserve aujourd’hui sa fonction, puisque des monnaies de collection, des médailles, et autres objets d’arts continuent d’être réalisés sur place. Elle n’abrite en revanche plus l’activité de production de la monnaie courante, du moins sur le site de Paris, puisque cette activité est aujourd’hui située sur une seconde usine, à Pessac, près de Bordeaux. Celle-ci a été inaugurée en 1973 pour satisfaire les besoins croissants de production de la monnaie courante alors que l’institution parisienne dont le bâtiment est classé Monument Historique ne pouvait être agrandi davantage.

Le projet de rénovation qui débute en 2009 revêt un double objectif : maintenir l’activité de la dernière usine de Paris, et ouvrir le site au public grâce à la restructuration du musée et de l’ensemble du site. Le chantier dure presque dix ans et est confié à l’architecte Philippe Prost. Le défi lancé aux architectes est de rendre ce site prestigieux conçu comme un « coffre-fort » paradoxalement ouvert et accessible à tous les publics.

Le site comprend un ensemble de cours et de bâtiments, dont le Petit hôtel de Conti, de l’architecte Jules Hardouin-Mansart, ainsi que différents lieux complémentaires du Musée, tels que la boutique de la Monnaie de Paris, un espace d’exposition temporaire, un café, et un restaurant étoilé.

Vue aérienne du site. Crédit : Emissive / Monnaie de Paris.
Vue aérienne du site. Crédit : Emissive / Monnaie de Paris

Pour aller plus loin :

Auteur de l’article : Clémentine Laurent-Polz

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • site inscrit au titre des monuments historiques depuis 1975.
  • 100 000 visiteurs/an (en 2017)

Problèmes d’accessibilité avant travaux

  • accessibilité du site dans son ensemble
  • accueil des publics : billetterie, vestiaires, sanitaires, boutique, etc.
  • des outils de médiations pour tous les publics à développer

Stratégie d’intervention

Dans le cadre du projet et de la création d’un parcours intérieur au sein du site, l’importance des interstices et des cours est valorisé et restauré. La stratégie patrimoniale a consisté en une intervention ciblée sur une liste de points stratégiques du projets, visant à redonner une cohérence à l’ensemble sans intervenir massivement et de manière continue sur l’existant de manière à respecter et à révéler le site et sa richesse patrimoniale.

« Il y a une stratégie sur le site qui est de l’ouvrir et en même temps de l’occuper, de l’ensemencer de toutes sortes de lieux où il se passe toute la diversité de la vie d’un édifice comme celui-là. C’est une intervention qui est faite d’une série de micro-interventions.»

Extrait d’une interview vidéo de Philippe Prost. Crédit : Monnaie de Paris. Pour voir la vidéo en intégralité, suivre ce lien (nouvel onglet)

Projet

Une démarche de design universel pour repenser le parcours muséal

Un parcours expérientiel au sein du site

Un parcours à travers les différentes cours du bâtiment est proposé gratuitement aux visiteurs afin de donner à voir l’ensemble du cadre bâti dans un parcours ponctué de totems explicatifs. Dans le musée, des vues directes sur les ateliers donnent à voir aux visiteurs les différents métiers de la Monnaie de Paris et en font une expérience forte, à la fois temporelle et spatiale.

Une vue ouverte sur les ateliers. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Une vue ouverte sur les ateliers. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris

Une signalétique accessible

Un projet de signalétique accessible a été mis en place sur l’ensemble des espaces extérieurs. Elle propose un accès facilité à l’ensemble des visiteurs grâce à une association systématique de pictogrammes et de textes. La signalétique intègre les préconisations en termes d’accessibilité visuelle et cognitive : contrastes, taille des typographies, choix des couleurs, simplification des informations, cheminements podotactiles, etc.

Signalétique du Musée. Crédit : Didier Plowy / Monnaie de Paris
Signalétique du Musée. Crédit : Didier Plowy / Monnaie de Paris

Les visiteurs se voient remettre un plan du musée à l’entrée lui permettant de se repérer par le biais d’une signalétique complémentaire et pensée en cohérence avec ce plan.

Extrait du plan donné aux visiteurs. Crédit : Monnaie de Paris
Extrait du plan donné aux visiteurs. Crédit : Monnaie de Paris

Les rampes, les boutons d’appel d’ascenseurs, et les poignées intègrent des indications écrites et transcrites en braille.

Etiquettes braille. Crédit : Monnaie de Paris
Etiquettes braille. Crédit : Monnaie de Paris

Des espaces annexes adaptés

La billetterie et les vestiaires ont été aménagés pour être accessibles à tous, le mobilier d’accueil permet l’accès aux personnes en fauteuils et est équipé d’une boucle magnétique.

Vue de l’accueil. Crédit : Monnaie de Paris / Hermann Vauloge
Vue de l’accueil. Crédit : Monnaie de Paris / Hermann Vauloge

Des sanitaires accessibles sont également disponibles au rez-de-chaussée et au premier étage du Musée. Des sanitaires adaptés aux enfants sont également prévus dans les sanitaires homme et femme du rez-de-chaussée.

Des ascenseurs desservent les différents niveaux du Musée du 11 Conti et s’ajoutent aux escaliers d’origine classés. Ils sont équipés de dispositifs de diffusion des informations sonores et tactiles et sont équipés d’une boucle magnétique.

Le mobilier muséographique : ergonomie et adaptabilité

L’ensemble du mobilier autour duquel s’articule la nouvelle muséographie a été pensé de manière à être accessible à tous les publics. L’ergonomie du mobilier s’adapte aux publics en situation de handicap, et permet ainsi aux personnes en fauteuil, aux enfants, aux personnes de petite taille, d’avoir une bonne visibilité sur les vitrines, sur les textes et les cartels, et sur les écrans.

Un mobilier adapté. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Un mobilier adapté. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Un mobilier adapté. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Un mobilier adapté. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris

L’ensemble du parcours est jalonné par des assises situées à différentes hauteurs.

Des assises ponctuent le parcours de visite. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Des assises ponctuent le parcours de visite. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris

Les cartels et l’ensemble des informations écrites comprennent plusieurs niveaux de lecture et sont conçus pour une meilleure accessibilité cognitive : phrases courtes, vocabulaire simplifié, etc.

L’éclairage du musée a également été pensé de manière à faciliter le repérage et la compréhension du lieu : les escaliers intègrent un éclairage renforcé. Les salles d’exposition comprennent un éclairage d’ambiance et un éclairage spécifique dédié aux éléments exposés, visant à faciliter le confort de lecture.

Des outils de médiation repensés

Tout au long du parcours, le musée propose d’accéder aux contenus à travers des dispositifs multimédia et des jeux, et mettent ainsi en jeu un accès multi-sensoriel aux informations (visuelle, sonore et tactile).

Plusieurs dispositifs tactiles sont proposés au sein des différentes thématiques du parcours muséal:

  • 10 cartels en braille et gros caractères, dessin en relief et volume
  • des objets tactiles (titrés en braille et gros caractères), tels que les outils du graveur, les étapes de frappes d’une médaille, etc.
Etapes de frappe d’une médaille. Crédit : Monnaie de Paris.
Etapes de frappe d’une médaille. Crédit : Monnaie de Paris.

Des vidéos sonores descriptives, des récits audio, ainsi des ambiances sonores (enregistrement de bruits d’ateliers) sont également proposés.

L’ensemble des vidéos sonores sont également traduites en LSF et sous-titrées. Les dispositifs sonores sont tous dotés d’une prise casque permettant de brancher un casque personnel, ou un tour de cou à induction magnétique pour les personnes appareillées.

Pour les jeunes publics et les publics en situation de handicap mental, les espaces de médiation ont été pensés de manière à faciliter l’inter-apprentissage et la pluralité des niveaux de lecture. Les écrans sont dimensionnés de manière à pouvoir être regardés par 2 ou 3 personnes à minima en même temps, et permettent une posture active (manipulation de l’interface) ou passive (observation). Les textes intègrent les prérogatives du Facile à Lire, Facile à Comprendre (FALC) : phrases courtes, vocabulaire concret, syntaxe simple et accessible. Les interfaces ont été pensées dans le même esprit : interfaces multimédia simples, arborescence peu complexe, possibilité de retour à l’accueil à tout moment, des instructions en texte et image.

Des dispositifs de médiation complémentaires : texte, image didactique, objet tactile. Crédit : Monnaie de Paris / Jean Lubstansky
Des dispositifs de médiation complémentaires : texte, image didactique, objet tactile. Crédit : Monnaie de Paris / Jean Lubstansky
Des projections visuelles permettent de comprendre l’usage des outils en situation. Crédit : Monnaie de Paris / Serge Noël
Des projections visuelles permettent de comprendre l’usage des outils en situation. Crédit : Monnaie de Paris / Serge Noël
Interface multimédia. Crédit : Monnaie de Paris / Didier Plowy
Interface multimédia. Crédit : Monnaie de Paris / Didier Plowy

Une médiation humaine par l’intermédiaire de démonstrations de gravure est également présentée trois fois par semaine afin de sensibiliser aux gestes, encore pratiqués aujourd’hui, de la taille directe et de savoir-faire rares relevant de l’artisanat d’art.

Médiation par les artisans. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris
Médiation par les artisans. Crédit : Younh-Ah KIM / Monnaie de Paris

Enfin, la totalité des contenus est disponible en français, anglais et espagnol.

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitre d’ouvrage : La Monnaie de Paris
  • Maître d’œuvre :
    • Architecte : Philippe Prost
  • Surface : 12 000 m2

Processus de projet

Le parcours a été créé dans une démarche de design universel avec le souci d’intégrer tous les publics afin d’améliorer de manière continue l’accès aux contenus et l’ergonomie du parcours. Il a pour cela été mis en place une enquête des publics ainsi qu’un livre d’or numérique. Cette collecte d’informations a permis de mettre en place dès le début plusieurs améliorations concernant les contenus et les services proposés.

Le personnel présent aux différents points d’entrée, ainsi qu’à l’accueil et à la sécurité ont également été formés aux questions de handicap et à l’accueil de publics ayant des besoins spécifiques.

La Monnaie de Paris s’appuie sur un réseau de partenaires, d’institutions et d’associations dédiés aux publics spécifiques, pour faire évoluer son projet dans le temps et la continuité, et notamment :

  • le CRTH : des souffleurs d’images, étudiants en art ou artistes, accompagnent gratuitement des visiteurs malvoyants ou aveugles pour leur transmettre leur lecture des œuvres.
  • Le CRT (Comité Régional de Tourisme), pour la formation et la sensibilisation continue des agents.
  • L’association France Alzheimer : le musée met ainsi en place un cycle de 4 visites thématiques adaptées à ce public.

Photographies et plans