Musée national Picasso-Paris

picasso paris

Présentation générale

Installé dans l’hôtel Salé situé dans le 3ème arrondissement de Paris, le musée Picasso a été ré-ouvert au public en octobre 2014, après plusieurs années de travaux. Ce bâtiment construit au XVIIe siècle est l’un des plus emblématiques hôtels particuliers du Marais.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. La refonte du parcours de visite, le traitement des circulations verticales
  2. L’accueil du public, les différents aménagements intérieurs

Situation géographique :

  • Hôtel Salé, Paris 3ème arrondissement, France

Description des installations :

L’hôtel Salé a été construit entre 1656 et 1660 par l’architecte Jean Boullier de Bourges. Il constitue un ensemble architectural représentatif de l’époque mazarine. Sa cour, accessible depuis la rue de Thorigny, est bordée d’ailes basses en toit terrasse, dont l’une a été bâtie en trompe-l’œil. De l’autre côté, rue Veille-du-temple, le corps du logis s’ouvre sur un jardin.

En 1975, il est décidé d’installer le musée Picasso dans le bâtiment, propriété de la ville de Paris et classé au titre des monuments historiques en 1968. Roland Simounet conçoit les aménagements nécessaires à l’ouverture du musée en 1985.

Le musée va connaître, 25 ans après son ouverture, un plan de rénovation nécessaire à son bon fonctionnement et à sa mise aux normes. Le projet portera à la fois sur la restauration des éléments architecturaux classés, et sur la réorganisation de musée et sa réinscription dans le site de l’hôtel Salé.

Pour aller plus loin :

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • bâtiment partiellement classé au titre des monuments historiques en 1968 (façades, menuiseries extérieures et cour et escalier d’honneur, salle des boiseries)
  • Hôtel particulier représentatif de l’architecture de l’époque mazarine (1656-1660)
  • 1 million de visiteurs depuis l’ouverture environ 5 000 œuvres, c’est la plus importante collection au monde de l’œuvre de Picasso

Problèmes d’accessibilité

  • accessibilité des différents niveaux des bâtiments existants
  • accueil du public : inexistence des services d’accueil et d’information, pas d’espace pour les ateliers de médiation, pas de salle de conférence.
  • des outils de médiation pour tous les publics à développer

Stratégies d’intervention

L’objectif défini par le musée est l’augmentation des espaces accessibles au public. Le musée souhaite également, à l’occasion de cette restructuration, développer une politique d’accueil facilitant l’accès à tous les publics et proposer des dispositifs ciblés.

Au-delà de la collection exposée, l’enjeu est également de valoriser et sensibiliser les publics à l’œuvre architecturale : de l’hôtel Salé en lui-même, comme ensemble architectural emblématique, jusqu’à l’intervention plus contemporaine de Roland Simounet.

La posture patrimoniale de la première grande rénovation, menée par Roland Simounet entre 1979 et 1985, est de proposer un projet d’aménagement intérieur en s’inscrivant dans le volume de l’hôtel. Il conçoit ainsi une « boîte » dans le bâtiment existant, instaurant un dialogue entre les éléments architecturaux contemporains et le style baroque de l’hôtel particulier.

Projet

Le projet comprend la restauration des éléments architecturaux classés et la restauration et la mise aux normes de l’intervention de Roland Simounet. Il intègre également la création d’un plateau d’accueil des publics, la création de circulations verticales accessibles à tous, la transformation des espaces dédiés au personnel en espace d’exposition, et enfin la mise aux normes de l’ensemble du bâtiment et des installations techniques. Il intègre également l’aménagement dans un bâtiment voisin des espaces du personnel.

A l’issue du chantier, la surface dévolue aux espaces d’exposition et aux activités annexes destinées au public a presque triplé (de 2300m2 à 6300m2).

Ces travaux ont également été l’occasion de repenser globalement le parcours muséographique et le projet culturel et scientifique du musée.

La refonte du parcours de visite, les circulations verticales

Le parcours de visite a été totalement repensé et se développe ainsi sur la totalité de l’Hôtel particulier, il compte ainsi 29 salles, en plus des espaces s’articulant autour de l’escalier d’honneur (le vestibule et le salon Jupiter).

Plusieurs ascenseurs sont installés dans le musée et permettent un accès aux différents niveaux. Malgré un contexte bâti complexe, les ascenseurs sont totalement intégrés dans le bâti et dans le parcours de visite. Ils sont répartis dans le bâtiment de manière à donner accès à la fois aux services dédiés au public (sanitaires, vestiaires, cafeteria) et au parcours muséographique sur les différents niveaux (à l’exception d’une salle historique non aménageable).

intégration de l'ascenseurintégration de la plateforme élévatrice

L’intégration de l’ascenseur. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz
L’intégration de la plateforme élévatrice. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

En plus des ascenseurs prévus, une plateforme élévatrice a été nécessaire pour le franchissement de certains emmarchements. De même son traitement a été soigné de manière à l’intégrer au mieux dans l’espace, elle est en effet conçue en continuité du garde-corps de l’escalier. Des rampes ont également été nécessaires au franchissement de certaines différences de niveau entre deux salles.

La conception des escaliers créés dans le cadre de la récente rénovation a également intégré les besoins en termes d’accessibilité, tout en proposant une intégration des dispositifs jusque dans le traitement du détail :

  • la première et la dernière marche des escaliers sont contrastées, ce contraste se fait par l’utilisation d’un matériau différent, celui-ci est choisi de manière à rester dans le même vocabulaire architectural « minéral »;
  • l’intégration de la main-courante (et de son prolongement de la longueur d’une marche) est traitée par le choix d’un matériau similaire en finition haute du garde-corps plein. Ce parti-pris fait également écho au travail de Roland Simounet et au traitement des main-courantes en encastrement dans la première rénovation.

L’escalier d’honneur n’a quant à lui pas été modifié.

escalier situé dans le hall du muséeTraitement de la main courante

Escalier situé dans le hall. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Traitement de la main-courante. Crédit photographique : Mathieu Bardelot, Bodin et associés

L’accueil du public : les différents aménagements intérieurs

Les espaces d’accueil du public ont été totalement restructurés, ils occupent désormais deux plateaux de 300m2, chacun dans les Communs, et intègrent toutes les activités d’accueil, d’informations, et de restauration.

L’accès au musée se fait pour le public côté rue de Thorigny par un porche ouvrant sur la cour en hémicycle de l’Hôtel Salé. Un cheminement en pavés arasés est aménagé pour faciliter l’accès à l’entrée du musée, il est cependant en légère pente.

cour de l'Hôtel Saléentrée

Vues de la cour en hémicycle et du sas d’entrée. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Le sas d’entrée est composé d’une double paroi vitrée donnant directement sur le hall d’accueil. Cet accès se fait à niveau avec la cour, sans emmarchement. La continuité intérieur-extérieur du sol est traitée avec des matériaux différents et  contrastés visuellement. Ce hall donne accès aux différents services destinés au public : les banques d’accueil/ billetterie, la librairie et les ascenseurs et escaliers. Les vestiaires et sanitaires accessibles se trouvent au sous-sol et sont accessibles par l’ascenseur et l’escalier.

Hall d'accueil

Vue du hall d’accueil. Crédit photographique : Clémentine Laurent-Polz

Une seconde entrée dédiée au personnel et au public invité est créée du côté de la rue Vieille-du-temple par le biais d’une extension apposée au bâti existant. Ce nouveau bâtiment intègre une salle dédiée aux ateliers pédagogiques destinés à tous les publics : public scolaire, public atteint de la maladie d’Alzheimer, enfants en situation de handicap, familles, etc.

Les autres services dédiés aux publics intègrent les attentes en termes d’accessibilité:

  • l’auditorium : il comprend l’aménagement de 3 places pour les personnes en fauteuil;
  • les sanitaires : ils ont été réaménagés en intégrant deux sanitaires accessibles (homme et femme) dans chacun des deux blocs sanitaires réalisés;
  • librairie et cafeteria : la librairie est accessible de plain pied et la cafeteria par l’ascenseur.

Plusieurs bancs sont prévus tout au long du parcours pour le repos des personnes fatigables.

Enfin concernant le jardin, le traitement du sol a été repensé de manière à faciliter le confort d’usage des personnes en fauteuil avec l’utilisation d’un revêtement en stabilisé avec résine.

Le jardin de l'Hôtel Salé - Crédit photographique : Mathieu Bardelot, Bodin et associés

Le jardin et le traitement du sol. Crédit photographique : Mathieu Bardelot, Bodin et associés

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maître d’ouvrage : Établissement public du musée national Picasso-Paris
  • Maître d’œuvre de la dernière rénovation :
    • Architecte en chef des monuments historiques : M. Stéphane Thouin
    • Architecte : agence Bodin et associés

Processus de projet

Le programme de restauration, rénovation et extension s’est fait en deux temps. Tout d’abord, un premier chantier de restauration des éléments patrimoniaux a été engagé et mené par l’ACMH, Jean-François Lagneau (restauration des façades, des décors extérieurs et des murs d’enceinte). Ce premier chantier, de 2006 à 2009, a été conduit alors que le musée était encore ouvert au public.

Dans un second temps, des travaux plus importants ont été engagés pour mettre aux normes le musée, tant en termes d’accessibilité, de confort, que de sécurité. Ces travaux nécessitant la fermeture du musée, il a été décidé de saisir cette opportunité pour le restructurer en profondeur.

Le bâtiment étant partiellement classé, le projet a intégré une double maîtrise d’œuvre : celle de l’Architecte en Chef des Monuments Historiques, M. Stéphane Thouin, chargé de la restauration des éléments classés (façades, menuiseries extérieures, cour et escalier d’honneur, salle des boiseries), et celle de l’agence d’architecture Bodin et associés, chargé du projet de restructuration et d’extension du musée.

Photographies et plans