Numérique et accessibilité physique

Les établissements culturels et patrimoniaux sont de plus en plus nombreux à se tourner vers le numérique et les nouvelles technologies pour enrichir leur offre de médiation accessible. Que ce soit par le biais d’applications, de recours à la réalité augmentée, ou encore d’objets connectés, l’usage de ces technologies montre qu’innovation et patrimoine font souvent bon ménage. Parmi les exemples de réalisations, citons celui du château d’Oiron (79) et de son robot « Norio », prix « Patrimoine et innovation 2015 ».
Un robot d’aide à la visite

Le château d’Oiron est un établissement construit entre le XVème et le XVIIème siècle classé au titre des Monuments Historiques. Il abrite une collection d’art contemporain et est géré par le Centre des Monuments Nationaux. Ce monument ne dispose pas d’ascenseur pour accéder à l’étage et la mise en place de ce type de dispositif semble compliquée. Il a donc été décidé de créer un outil d’aide à la visite pour les personnes à mobilité réduite qui ne peuvent pas accéder à l’étage. La société Droïds Company a ainsi conçu en partenariat avec les équipes du château un robot baptisé « Norio », Oiron à l’envers, afin de pallier ces difficultés. Cet outil est accessible gratuitement sur simple demande (il convient de s’assurer de sa disponibilité par avance). Le robot visite les salles du premier étage à la place du visiteur à mobilité réduite.

Le robot d'aide à la visite Norio - Crédit photographique Château d'Oiron

1 – Le robot d’aide à la visite Norio – Crédit photographique Château d’Oiron

Favoriser l’autonomie

Le fonctionnement du robot a été pensé au plus simple et avec un mot d’ordre : favoriser l’autonomie du public. Le visiteur contrôle le robot depuis une salle de pilotage située au rez-de-chaussée à l’aide d’une souris ou d’un joystick. Le robot filme alors son parcours retransmis en direct sur un grand écran Haute Définition dans la salle de pilotage. Le visiteur peut ainsi décider de déplacer le robot où il veut dans les salles du premier étage, le faire s’arrêter plus ou moins longtemps et peut également déplacer la tête du robot afin d’avoir diverses vues de l’œuvre d’art ciblée, le tout selon ses envies. L’usager en situation de handicap moteur choisit donc ce qu’il veut voir et son parcours de visite. Le visiteur décide donc lui-même de ses conditions de visite, une visite qui se veut simple, réelle et autonome.

Salle de pilotage du robot Norio

2 – La salle de pilotage du robot Norio – Crédit photographique : Château d’Oiron

La visite « Comme si vous y êtiez »

Le plus de la visite avec le robot « Norio » est d’inclure au maximum l’usager du robot dans le parcours habituel de visite. En plus d’une caméra qui filme le parcours, une caméra est installée dans le poste de pilotage et filme le visage de l’usager. Cette image est retranscrite sur la tête du robot, ce qui, en plus d’humaniser la machine, permet à la personne d’être physiquement présente et ainsi de ne pas se couper de sa famille ou de son groupe d’amis avec une visite spécifique. L’usager peut ainsi interagir avec les autres visiteurs présents, converser, poser des questions, écouter les réponses, etc. Il s’agit d’un plus à la fois pour le visiteur et ses accompagnateurs qui, bien que séparés pendant la visite, continuent à être ensemble par le biais de la technologie. Avant ce dispositif, le château avait très peu de visiteurs handicapés moteurs, aujourd’hui, ces visiteurs osent davantage pousser les portes du château.

Le robot Norio permet une visite "Comme si vous y étiez"

3 – Le robot Norio permet une visite « Comme si vous y étiez » – Crédit photographique : Château d’Oiron

L’expérience « Norio » est pour le moment limitée au château d’Oiron mais offre de nombreuses perspectives pour la suite, elle est un point de départ pour de nouveaux types de visites. Le dispositif est en évolution et pourrait permettre, à terme, une réelle visite augmentée. Cet outil pourrait être transposé dans d’autres établissements culturels, voire d’autres types d’établissements.