Théâtre Marigny

Vue du théâtre Marigny depuis l'espace public. Crédit photographique : Sergio Grazia
Vue du théâtre Marigny depuis l’espace public. Crédit photographique : Sergio Grazia.

Présentation générale

Le théâtre Marigny est situé au sein du carré Marigny, au coeur des Champs-Elysées. Fermé en juillet 2013 pour cause d’altération des structures de la coupole, le théâtre a subi d’importants travaux de réhabilitation et de mise aux normes avant d’ouvrir de nouveau au public en 2018.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. accessibilité de la grande salle
  2. accessibilité de la salle Popesco
  3. aménagements connexes et scéniques

Situation géographique :

  • Paris, Ile-de-France, France

Description des installations :

Le bâtiment qui constitue aujourd’hui le théâtre Marigny fut à l’origine construit par Charles Garnier comme un panorama, un bâtiment éphémère de forme dodécagonale. Le panorama est ensuite lui-même transformé en théâtre en 1894 par Edouard Niermans. En 1925, le bâtiment est agrandi et modernisé, et des modifications structurelles importantes sont déployées sur la coupole. Ces derniers travaux engendreront une altération progressive de la charpente qui elle-même conduira à la fermeture de la salle en juillet 2013.

Les travaux ont porté sur quatre grands chantiers:

  • le confortement de la charpente et des plafonds
  • la réhabilitation intégrale du bâtiment et sa mise aux normes
  • la rénovation extérieure de façades suivant les relevés de 1925
  • la création des deux extensions de 160m2 au total

Pour aller plus loin :

Auteur de l’article : Clémentine Laurent-Polz

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • le Théâtre Marigny est situé au sein du site classé des Champs Elysées, le projet est donc soumis à l’avis de la Commission des Sites.
  • la grande salle du théâtre est inscrite au titre des Monuments Historiques depuis 1990.
  • Deux salles de spectacles : la Salle Marigny destinée à accueillir 1018 personnes et la Salle Studio Marigny 305 personnes

Problèmes d’accessibilité avant travaux

  • l’accessibilité à la grande salle n’est pas effective
  • l’accueil des publics est à améliorer : sanitaires, hall d’accueil, etc.

Stratégie d’intervention

Deux extensions sont créées de part et d’autre du théâtre, l’une pour l’agrandissement du foyer, l’autre pour la création d’un restaurant. Ces deux éléments, traités en symétrie autour du théâtre, sont conçus de manière à être réversibles, leurs structures respectives sont ainsi désolidarisées de celle du bâtiment existant.

Comme l’explique les architectes Clé-Millet International dans leur notice architecturale de projet, leur proposition s’inscrit dans une continuité historique du traitement des contours du théâtre :

 » En considérant les trois états précédents de la salle on constate les thèmes récurrents de la pergola adossée et de la composition en éventail à partir d’un noyau polygonal. Le projet se fondrait dans cette tradition. »

Frise historique des évolutions architecturales du théâtre Marigny. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
Frise historique des évolutions architecturales du théâtre Marigny.
Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.

Par ailleurs, le projet propose la restitution à l’identique des modénatures de façade supprimées lors de la campagne de ravalement de 1958. Les éléments concernés sont les cadres moulurés sous la corniche de couronnement du tambour, les mascarons du panorama de Garnier, et enfin les encorbellements de corniche au droit des piliers engagés. Ces restitutions se réfèrent au relevé de Grimaldi en 1925.

Grimaldi, Théâtre Marigny, extrait du premier projet refusé, perspective latérale. Source : Archives de la Ville de Paris, VSM872
Grimaldi, Théâtre Marigny, extrait du premier projet refusé, perspective latérale. Source : Archives de la Ville de Paris, VSM872

Projet

Une grande salle repensée

Avant la réalisation des nouveaux aménagements, la salle ne répondait pas aux exigences des normes PMR et ne proposait ni les emplacements nécessaires, ni de bonnes conditions d’évacuation.

A l’origine, dans le projet conçu en 1925, les loges qui cernent la grande salle sont transformables, la cloison qui les clôt étant amovible, elles peuvent s’ouvrir et agrandir ainsi la salle de la largeur du promenoir qui l’entoure. Cette configuration, qui permettait une certaine souplesse d’aménagement, n’est plus d’actualité aujourd’hui du fait des contraintes inhérentes à la sécurité, et aux besoins acoustiques et scéniques.

Le traitement de l’accessibilité a fait l’objet d’une réflexion poussée pour pouvoir offrir des places réparties à différents endroits de la salle, malgré des contraintes physiques importantes. Or, avant la réalisation des travaux, il existe trois contraintes fortes : le profil de la salle n’est pas conforme aux pentes autorisées, les accès latéraux aux fauteuils d’orchestre sont empêchés par des emmarchements, et enfin une distribution via le fond de la salle n’offre pas une bonne visibilité aux personnes en fauteuil.

La solution s’est portée sur la création de places dédiées aux personnes en fauteuil en différents points au niveau du parterre:

  • des loges sont créées de manière à intégrer six places PMR, leur offrant d’une part un accès direct depuis une porte donnant sur le promenoir et d’autre part une très bonne visibilité, face à la scène. Cette configuration fait par ailleurs partiellement écho à l’aménagement de la salle de 1925 avec ces loges périphériques.
  • six emplacements complémentaires sont disposés au premier rang du parterre à la cour et au jardin. L’accès par un emmarchement est repris de manière à créer une rampe accessible.

En revanche, les balcons n’ont pas pu faire l’objet d’aménagements spécifiques, jugés trop impactant au regard de leur caractère patrimonial protégé.

Emplacements PMR en fond de salle. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
Emplacements PMR en fond de salle. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
Emplacements PMR au premier rang. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
Emplacements PMR au premier rang. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
La grande salle, vue depuis le deuxième balcon. Crédit photographique : Sergio Grazia.
La grande salle, vue depuis le deuxième balcon. Crédit photographique : Sergio Grazia.
Coupe sur la grande salle. Crédit : Clé Millet International.
Coupe sur la grande salle. Crédit : Clé Millet International.

L’accessibilité de la salle Popesco

Avant les travaux, cette seconde salle située en étage ne disposait d’aucuns aménagements conformes aux besoins d’accessibilité physique. En effet, elle ne proposait ni emplacements dédiés aux fauteuils, ni ascenseur conforme, ni espace d’attente sécurisé, et le mobilier n’est pas adapté.

La proposition de mise en accessibilité physique a été pensée conjointement avec la mise en sécurité des personnes.

A l’étage, un espace d’attente sécurisé est ainsi créé au niveau de l’accès par la cage d’escalier, ce qui nécessite de repenser cet espace en terme de dimensions, mais également en terme d’évacuation des fumées d’incendie. Par ailleurs, les flux d’évacuation sont dissociés, et l’escalier est ainsi divisé en deux parties distinctes. Des emplacements PMR sont par ailleurs intégrés dans l’aménagement de la salle et l’ascenseur remis aux normes.

Au rez-de-chaussée, une rampe d’accès est créée entre le niveau de l’espace public et l’espace d’accueil et le guichet d’accueil est reconfiguré pour devenir accessible.

Plans des aménagements créés pour l'accessibilité de la salle Popesco. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
Plans des aménagements créés pour l’accessibilité de la salle Popesco. Crédit : Clé Millet International, extrait de la notice architecturale.
La salle Popesco vue depuis la scène. Crédit photographique : Sergio Grazia.
La salle Popesco vue depuis la scène. Crédit photographique : Sergio Grazia.
Coupe sur la salle Popesco. Crédit : Clé Millet International.
Coupe sur la salle Popesco. Crédit : Clé Millet International.

Aménagement des espaces connexes et scéniques

L’accès au théâtre se fait par deux rampes fixes depuis l’extérieur :

  • l’une donnant accès à la grande salle, à la salle Popesco via l’ascenseur, au foyer Nord et aux espaces dédiés aux artistes et à l’administration
  • l’autre donnant accès au restaurant
Intégration de la rampe d'accès en façade latérale. Crédit photographique : Sergio Grazia.
Intégration de la rampe d’accès en façade latérale. Crédit photographique : Sergio Grazia.

Le foyer et le restaurant, faisant tous deux l’objet d’une extension ont également été aménagés de manière à lever toute contrainte d’accessibilité physique. Ils intègrent des dispositions accessibles en terme de sanitaires, de mobiliers et de cheminement.

Sanitaires accessibles. Crédit photographique : Sergio Grazia.
Sanitaires accessibles. Crédit photographique : Sergio Grazia.

Au niveau des dispositifs scéniques, une loge accessible a également été aménagée au niveau de la scène côté cour, et une plate-forme élévatrice est créée pour donner accès au plateau de scène et à cette loge PMR.

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maître d’ouvrage : Marigny SAS
  • Maîtrise d’œuvre : Clé Millet International (architecte mandataire et scénographe), avec la collaboration de Wilmotte & Associés – chargé de l’aménagement des foyers – et de GRAF-Paris – pour l’aménagement du restaurant.
    • Bureaux d’études structures : Nemo-K et Structure & Réhabilitation
    • Bureau d’études fluides : Cetrac ingénierie
    • Bureau d’études acoustiques : Altia
    • Bureau d’études amiante : Argénium
  • Surface : 3 727 m2
  • Coût : environ 20 000 000 €
  • Calendrier études : 2012 – 2016
  • Calendrier exécution : 2016 – 2018 (septembre)

Processus de projet

De part ses enjeux patrimoniaux forts, le projet a nécessité le travail en concertation avec différents acteurs du patrimoine et notamment les architectes des bâtiments de France, les conservateurs et la commission des Sites.

Photographies et plans