Le Festival Au Foin De La Rue

Vue d'un concert sur l'une des scènes en plein air. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

Vue d’un concert sur l’une des scènes en plein air. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

Présentation générale

Depuis 20 ans, le festival de musique éclectique Au foin De La Rue se tient chaque année dans une commune rurale de Mayenne, à Saint-Denis-de-Gastines. Pionner sur les questions d’accessibilité pour tous, le festival propose et expérimente depuis une dizaine d’années plusieurs dispositifs inclusifs.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. La préparation au spectacle
  2. L’accès aux services au public
  3. L’accessibilité à l’oeuvre

Situation géographique :

  • Saint-Denis-de-Gastines, Mayenne, France

Description des installations :

Le site est structuré autour de plusieurs installations :

  • trois scènes dont deux en plein air et une sous chapiteau,
  • les espaces accueils et billetterie,
  • les espaces de restauration et bars
  • les espaces de services au public: sanitaires, etc.
  • le parking,
  • le camping accessible.

Pour aller plus loin :

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • trophée national de l’accessibilité, catégorie «Inclusion et mixité» en 2014,
  • organisation d’un colloque national sur l’Accès Pour Tous en festival en 2013,
  • le festival accueille chaque année entre 15 et 18 000 festivaliers.

Problématiques d’accessibilité

  • accès au site (transports, stationnement, etc.),
  • accès aux services (bar, restaurants, billetterie, etc.),
  • accès aux oeuvres musicales,
  • accès au camping.

Historique du développement des dispositifs accessibles

  • 2010: Premiers groupes de réflexion en faveur de l’Accès Pour Tous
  • 2011: Premières mises en oeuvre des dispositifs d’accueil sur le festival
  • 2012: Premier concert chansigné sur scène au festival
  • 2013: Organisation d’un colloque national sur l’Accès Pour Tous en festival
  • 2014: Trophée national de l’accessibilité, catégorie «Inclusion et mixité»
  • 2015: Première nationale : Application mobile Accès Pour Tous “Au Foin De La Rue – Quest’Handi”
  • 2016: Audiodescription et guidages déficients visuel
  • 2017: Contenus de présentation du festival en version audio
  • 2018: Premier événement de plein-air en FRANCE à mettre à disposition des SubPacs
  • 2019: Mise en accessibilité du camping
  • 2020: L’inclusion par le numérique

Projet

La préparation au spectacle

Des rencontres avec les institutions et les associations de personnes en situation de handicap se font tout au long de l’année en amont du festival. Cela permet une implication des différents acteurs de l’inclusion et surtout des personnes en situation de handicap elles-mêmes dans le développement des dispositifs d’accessibilité.

Une visite tout public est organisée à la veille du début du festival, le jeudi soir. Cette visite est accessible en Langue des Signes Française.

Le festival propose un guide du festivalier illustré et adapté en Facile à Lire et à Comprendre. Ce guide est le fruit d’un partenariat avec l’association Lilavie (association proposant un accès à l’information pour tous à travers la publication de journaux écrits adaptés, lien vers l’association : http://www.lilavie.fr). Le festival propose également la présentation du festival en Langue des Signes Française.

La semaine de montage du festival est ouverte aux personnes en situation de handicap mental.

L’accès aux services au public

Les espaces bars, restauration, et banque de la grande scène sont tenus par des bénévoles signants. Une grande partie de ces bénévoles sont eux-mêmes des personnes sourdes. Ainsi, un grand nombre de personnes sourdes sont présentes aux différents comptoirs de restauration et buvette. Regis Brault nous explique comment cela participe à aller encore plus loin dans l’inclusion :

« ça devient au festivalier entendant de s’adapter à la personne sourde et non l’inverse. (…) Pour cela, on met sur le comptoir une feuille plastifiée avec une quinzaine de signes usuels ».

Par ailleurs, les bénévoles peuvent proposer un guidage et un accompagnement auprès de toutes les personnes en situation de handicap en faisant la demande. Ils sont identifiables par un gilet bleu.

Les bénévoles accompagnant les personnes en situation de handicap. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

Les bénévoles accompagnant les personnes en situation de handicap. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

Une signalétique accessible a été mise en place. Elle est pensée de manière à facilement identifier les points clés du festival (banques, espaces restauration, bars,…) de jour comme de nuit, grâce au retro-éclairage des caissons de signalétique. Elle a été réalisée en partenariat avec des adolescents en situation de handicap intellectuel, ils ont travaillé les logos et la typographie. Les caissons en bois ont été fabriqués par des élèves de collège d’une classe de Segpa (section d’enseignement général et professionnel adaptée). Régis Brault raconte l’expérience :

« ça a été une association de compétences : les compétences des personnes en situation de handicap, et les compétences des jeunes, et au final on a équipé le festival d’une signalétique performante. »

Une signalétique co-construite. Crédit photographique : Au foin de la rue.. Crédit photographique : Au foin de la rue.

Une signalétique co-construite. Crédit photographique : Au foin de la rue.

Le festival propose également des services annexes accessibles tels qu’un parking adapté aux personnes à mobilité réduite, des toilettes sèches adaptées, des bornes de rechargement pour les fauteuils électriques, ainsi que des joêlettes sur demande.

L’accessibilité à l’oeuvre

Le festival propose de 17 gilets vibrants pour les publics sourds et malvoyants. Ces dispositifs sont pour une part la propriété de l’association (leur achat a été financé par une subvention), et pour une autre part prêté par l’association Quest’handi (nouvel onglet, lien vers l’interview de Marie-Charlotte Carboni). En échange de ce prêt, le festival prête en retour ses gilets vibrants aux autres structures pouvant en avoir besoin sur le territoire par l’intermédiaire de l’association Quest’handi. Ce système de mutualisation des dispositifs accessibles permet une meilleure optimisation des stocks et valorise leurs usages ponctuels.

Le festival a également équipé les deux scènes en plein air de boucles magnétiques, afin de permettre aux personnes sourdes et malentendantes appareillées de bénéficier d’une meilleure qualité sonore, où les bruits parasites sont fortement atténués.

Plusieurs concerts ont lieu en chant-signé. De même plusieurs clips en chant-signés sont réalisés en amont du festival et projeté consultables sur le site de l’association (nouvel onglet).

Les concerts ayant lieu sur les deux scènes en plein air peuvent être audio-décrits par les bénévoles de l’association sur simple demande auprès de la commission Accès Pour Tous.

Pour les personnes en situation de handicap moteur, une plateforme accessible a été installé au coeur de l’espace de public, face à la scène.

La plateforme accessible face à la scène. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

La plateforme accessible face à la scène. Crédit photographique : Au Foin De Le Rue.

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Association Au Foin De La Rue et commission Accès Pour Tous créée au sein de l’association.
  • Financement et mécénat : le budget global du festival est de 900 000€ est réparti comme suit:
    • 80% en autofinancement (recette de billetterie et restauration-buvette)
    • environ 8% de subventions
    • environ 12% de mécénat
  • Plus d’une vingtaine d’associations, de structures d’accueil de personnes en situation de handicap, d’établissements scolaires sont partenaires des actions menées en préparation du festival tout au long de l’année.

Processus de projet

Le projet d’accessibilité du festival est porté par la commission de bénévoles Accès Pour Tous. Cette commission, créée en 2010 travaille toute l’année avec un réseau solide et vaste d’associations et d’établissements scolaires répartis sur le territoire proche.

Régis Brault, bénévole et animateur des commissions Accès Pour Tous et Mécénat et partenariats, raconte la construction de cette approche ambitieuse sur l’accueil du public en situation de handicap : « la première démarche a été d’écrire à une trentaine d’associations sur le territoire que l’on avait identifié comme oeuvrant dans le monde du handicap. On leur a envoyé un questionnaire en leur demandant ce qui serait pour eux un festival idéal. On a ensuite demandé à ces structures à l’issu du questionnaire si elle souhaitait une table ronde sur le sujet. » Cette table ronde a eu lieu en 2011 et a permis de rencontrer ces différents acteurs et de donner des pistes sur l’amélioration de l’accessibilité. Le festival a également beaucoup collaboré durant cette période avec l’association Quest’handi, voisine géographique et association engagée sur le handicap, et a ainsi servi de « laboratoire d’expérimentation » à de nouveaux dispositifs d’accessibilité. Régis Brault, explique leur partenariat : « Avec Quest’handi, on a toujours travaillé ensemble, on est très très lié, on a du matériel et des compétences en commun. Il explique également comment leur perception de l’enjeu de la commission Accès Pour Tous a évolué au fil des années pour aller du handicap, à l’accessibilité, jusqu’à l’inclusion :

« Dés le début, nous avons travaillé avec deux principes : ne pas penser à la place des autres et n’exclure aucun champs du handicap. »

Dans cette logique, l’association mène plusieurs partenariats en parallèle autour du festival, avec plus d’une vingtaine d’acteurs du territoire. A titre d’exemple, dés le mois d’octobre, un travail sur la décoration du festival est engagé chaque année avec un IME proche de Saint-Denis-de-Gastines sur la thématique de l’édition à venir. L’IME est invité à imaginer, fabriquer et mettre en place les dispositifs proposés.

Régis Brault conclue sur l’ampleur que ces partenariats donnent au projet d’accessibilité :

« ça donne du sens à Accès Pour Tous, au départ c’était deux jours d’accueil et en fait ça se transforme en un projet d’association, tout au long de l’année. »

Photographies et plans