La ferme du buisson

La Ferme du buisson. Crédit : Thierry Guillaume

La Ferme du buisson. Crédit : Thierry Guillaume

Présentation générale

Située à Noisiel en région parisienne, la Ferme du Buisson abrite aujourd’hui un centre culturel complet implanté dans un ancien site industriel historique. Le lieu accueille une scène nationale dédiée au spectacle vivant, des salles de spectacle, un centre d’art contemporain et un cinéma.

Principales interventions d’accessibilité :

  1. l’accès au site
  2. la restructuration intérieure et l’extension du cinéma
  3. les outils de méditation

Situation géographique :

  • Noisiel, Seine-et-Marne

Description des installations :

Les bâtiments qui composent le site ont été construits en 1880 sous l’impulsion de Emile Justin Menier, fils de Jean Antoine Menier, célèbre fondateur de la marque de chocolat éponyme. L’ensemble bâti prend place sur les fondations d’une ancienne ferme briarde du 18ème siècle et devient rapidement un haut lieu d’expérimentation et d’innovation autour de la production agricole.

Les différents bâtiments sont construits par l’atelier Eiffel et reprennent une forme architecturale caractéristique de l’époque, composée d’un bâtiment faisant couronne et abritant en son centre une halle. Tous les édifices sont constitués d’une ossature métallique pourvue d’un remplissage en briques.

Une voie ferrée relie la ferme à la ligne Paris-Mulhouse et permet la distribution de la production vers les villes avoisinantes. Cette voie est aujourd’hui devenue la « promenade de la chocolaterie ».

Suite à la faillite de l’entreprise Menier, la ferme est abandonnée à la fin des années 60. Il faudra attendre 1976 pour qu’un projet de réhabilitation soit adopté et que le projet de création d’un lieu culturel voit le jour au début des années 80. Le site subit alors une réhabilitation progressive des différents espaces qui durera dix ans. Les travaux s’achèvent en 1990. Il est la propriété de l’Agglomération Paris – Vallée de la Marne qui le met à disposition de La Ferme du Buisson.

En 1986, la Ferme du Buisson est inscrite aux Monuments Historiques.

L’ensemble du site est aujourd’hui composé de

  • 6 salles de spectacles
  • 1 théâtre de 650 places assises
  • 4 salles de spectacle polyvalentes
  • 1 chapiteau permanent – Le Caravansérail

En plus de ces six salles :

  • un centre d’art contemporain
  • un cinéma comprenant 2 salles
  • d’espaces annexes : « l’atelier », « le salon des bonus », etc.

Une nouvelle réhabilitation est menée de 2013 à 2019 sur les espaces du cinéma. Elle est conduite par le cabinet d’architecture Randja sous la maîtrise d’ouvrage de l’Agglomération Paris – Vallée de la Marne.

Pour aller plus loin :

Enjeux du site

Valeur patrimoniale et attractivité

  • l’ensemble du site est inscrit au titre des Monuments Historiques depuis 1986.
  • le cinéma comprend deux salles de 261 places (dont 7 places PMR) pour la plus grande et 125 places (dont 4 places PMR) pour la plus petite.
  • environ 10 000 visiteurs/an au centre d’art

Les capacités d’accueil des autres espaces sont les suivantes :

  • Théâtre : 650 places assises
  • Halle : 240 places assises / 800 debout
  • Abreuvoir : 120 places assises / 400 debout
  • Caravansérail : 210 places assises / 800 debout
  • Studio : 100 places assises
  • Grenier : 80 places assises

Problématiques d’accessibilité

  • emplacements PMR dans le cinéma
  • parcours accessible au sein du site
  • des outils de médiations pour tous les publics à développer

Stratégies d’intervention patrimoniale

Le projet d’extension retenu par le jury du concours architectural se veut en contraste avec le bâtiment patrimonial existant afin de rendre lisible les différentes temporalités architecturales. Dominique Toulat, directeur du cinéma de la Ferme du buisson, explique dans une interview publiée sur le site du CNC la posture patrimoniale engagée sur le projet :

« Le projet de l’architecte était de travailler le béton, le métal et le bois, et d’avoir une forme qui prolonge le corps de la ferme – en restant en continuité avec les espaces existant – tout en créant un espace singulier. L’aspect historique n’a pas été le plus difficile à gérer malgré les contraintes. Les Architectes de France ont apprécié le fait qu’il y ait un geste radical sur l’architecture et que ce ne soit pas une copie de l’ancien. »

Lien vers l’article en ligne sur le site du CNC (nouvel onglet).

Projet

L’accessibilité au site

Un stationnement PMR adapté

L’espace disponible pour le stationnement sur le site est très contrainte et offre peu de places disponibles. Un parking dédié aux personnes à mobilité réduite a été aménagé à proximité des salles à l’extérieur sur le parking attenant.

Un accès direct est possible depuis le parking attenant sur lequel 4 places de parking réservées aux personnes à mobilité réduite ont été aménagées. Il est prévu l’aménagement de 2 places PMR sur le parking côté cinéma (à l’extérieur de la ferme). Les personnes à mobilité réduite pourront alors directement accéder aux salles de cinéma par la rame d’accès prévue à cet effet. Elles pourront également accéder directement aux salles basses du centre d’art (via la sortie de secours). Ces travaux sont en prévision pour 2021.

Plan schématique de La Ferme du Buisson. Crédit : La Ferme du Buisson

Plan schématique de La Ferme du Buisson. Crédit : La Ferme du Buisson

Une cour accessible et un cheminement adapté

L’ensemble de la cour a été réaménagé avec des pavés plats, en remplacement des pavés traditionnels existants, de manière à être praticable en fauteuil et plus confortable pour tous les usagers.

Pavés plats dans la cour. Crédit : La Ferme du Buisson.

Pavés plats dans la cour. Crédit : La Ferme du Buisson.

Le cheminement depuis l’entrée principale du site mais également depuis l’entrée côté médiathèque vers l’accueil billetterie et le centre d’art contemporain se fait pour les personnes déficientes visuelles grâce à une bande podotactile. Le cheminement ne mène pour l’instant pas jusqu’au cinéma, mais cet aménagement est en projet.

Bande podotactile guidant vers l'accueil. Crédit : La Ferme du Buisson.

Bande podotactile guidant vers l’accueil. Crédit : La Ferme du Buisson.

Enfin, des balises sonores signalent l’entrée de l’espace administration-billetterie et l’entrée du théâtre.

La restructuration et l’extension du cinéma

Le cinéma, qui comprenait déjà deux salles avant le lancement des travaux, a fait l’objet d’une restructuration lourde et d’une extension. Dans ce projet, la grande salle a pris place dans l’extension, tandis que la petite salle s’est implantée à l’ancien emplacement de la grande. Chacune des deux salles comprend aujourd’hui des places dédiées aux personnes en fauteuil roulant en partie haute de la salle.

Tel qu’il est construit aujourd’hui, il est composé de :

  • deux salles de respectivement 261 places (dont 7 places PMR) et 125 places (dont 4 places PMR)
  • d’un espace atelier qui permet d’offrir un lieu pour accueillir les publics lors d’ateliers de pratique autour du cinéma,
  • d’un espace « salon bonus » dédié au visionnage de vidéos en libre accès (clips, courts métrage, entretiens avec des réalisateurs). Ce dernier espace de 100m2 est installé sous les charpentes du bâtiment historique.

Tous les espaces du cinéma sont accessibles aux personnes en fauteuil, soit de plain pied, soit par un ascenseur.

Salle 1 du cinéma. Crédit photographique : La Ferme du Buisson.

Salle 1 du cinéma. Crédit photographique : La Ferme du Buisson.

Les espaces des six salles de spectacles sont quant à elles accessibles, mais ne comprennent pas de places dédiées spécifiquement aux personnes en fauteuils. Des travaux devraient parfaire cette accessibilité et permettre un accès au bar du Théâtre situé à l’étage par un ascenseur et de fait un accès en salle haute du théâtre.

Enfin, les espaces du centre d’art contemporain et du théâtre ne sont également que partiellement accessibles, mais un projet de restructuration de ces espaces permettant d’y remédier pourrait bien voir le jour ces prochaines années.

Les outils de médiation

Un parcours sensoriel

Le site a mis en place un parcours sensoriel des espaces de la ferme du Buisson en partenariat avec des étudiants en master de dynamique culturelle et le foyer Clémentine basé à Noisel accompagnant des personnes aveugles et également sourdes et aveugles.

Ce parcours s’est co-construit à travers des temps d’échanges avec le foyer et les étudiants. Il a pour objectif de produire un parcours de visite intégrant une description adaptée et accessible des lieux et d’offrir des supports tactiles en appui de la visite. Deux éléments emblématiques de l’identité du lieu et de son architecture ont notamment été repris pour servir de modèle à la production des maquettes tactiles : la façade du bâtiment principal et le « M » inscrit sur cette même façade et symbole de l’histoire du site en lien avec la chocolaterie Menier.

D’autres éléments d’expériences sensorielles ont également été intégrés au parcours autour des salles de spectacles, tels que le fait de faire l’expérience du bruit des pas sur le plateau du théâtre, de toucher des projecteurs, de faire varier leur intensité lumineuse, etc.

A l’heure actuelle, le parcours doit encore être testé avec les personnes aveugles et/ou sourdes du foyer avant d’être proposé au public.

Des outils de médiation culturelle ludique

Les visites dédiées aux publics en situation de handicap sont développées au cas par cas. Léa Berton, chargée des relations avec les publics et référente sur le handicap, nous explique lors d’une interview donnée en mai 2020 :

« Les visites sont construites à chaque fois avec les partenaires en fonction des besoins et des enjeux qui vont se poser (…) on va essayer d’avoir une entrée ludique, de développer tout ce qui est médiation sensorielle ou ateliers notamment. »

A titre d’exemple, lors d’une exposition ayant récemment eu lieu sur la thématique du pain, des ateliers ont été proposés à des publics du spectre autistique notamment.

Exposition sur le thème du pain. Crédit : FDB_Ouroumov (77)

Exposition sur le thème du pain. Crédit : FDB_Ouroumov (77)

Le système Twavox

Courant 2020, les deux salles de cinéma seront équipées du système Twavox. Ce système est une application gratuite téléchargeable sur le smartphone ou la tablette et permettant d’accéder à un sous-titrage adapté ou à un renforcement sonore pour les personnes sourdes ou malentendantes, et à une audio-description du film pour les personnes aveugles ou malvoyantes.

En projet, la création de séances Ciné-ma différence

Un des projets du cinéma est de mettre en place des séances en lien avec l’association Ciné-ma différence. Cette association propose des séances de cinéma ouvertes à tous les publics et basées sur le principe de la tolérance et de la bienveillance à l’égard des besoins, d’expression ou autre, d’une personne en situation de handicap par exemple. Plus concrètement, un usagers ayant besoin de s’exprimer pendant la séance, ou de faire du bruit, sera le bienvenu et ne sera pas sujet à l’hostilité d’autres spectateurs. Des bénévoles de l’association sont également présents pour accompagner la séance et sensibiliser aux différents handicaps.

Pour plus d’information, voici le site internet de l’association Ciné-ma différence (nouvel onglet).

Acteurs et processus de projet

Acteurs

  • Maitre d’ouvrage : la Communauté d’agglomération Paris – Vallée de la marne (anciennement Syndicat d’Agglomération Nouvelle Marne-la-Vallée / Val Maubuée)
  • Financement : la Communauté d’agglomération Paris – Vallée de la Marne, propriétaire du lieu. Le projet a également reçu des aides du CNC, de la région et du département ainsi qu’une aide européenne liée aux travaux de rénovation qui intègrent des notions de développement durable (le site est chauffé par géothermie)
  • Maître d’œuvre : Atelier Randja

Processus de projet

La mise en place d’un parcours sensoriel de découverte du site s’est fait en partenariat avec des étudiants de master et un foyer de personnes aveugles et/ ou sourdes (le foyer Clémentine situé à Noisel). Le partenariat avec le foyer a permis de travailler ensemble à la mise en place du parcours, mais aussi et surtout, de questionner la prise en charge des personnes en situation de handicap lors d’une telle visite. Les échanges avec les éducateurs et les personnes en situation de handicap du foyer ont permis de faire émerger les besoins du public sur plusieurs plans :

  • en terme d’outils de médiation et sur le fait, par exemple, d’ouvrir à d’autres dimensions que le tactile pour les personnes aveugles,
  • en terme de modalité de déplacement au sein du site,
  • en terme de construction d’un discours accessible, qui ne soit pas centré sur une perception de voyant (la référence aux couleurs par exemple).

Photographies et plans